Végan is the new black

4 bonnes raisons de devenir Végan :

1. Les animaux sont nos amis, il faut les aimer aussi. Comme rares sont ceux d’entre nous qui mangent de la viande qu’ils ont chassée ou élevée , il faut bien se rendre à l’évidence que les conditions d’élevage et d’abattage ont de quoi couper l’appétit. Malheureusement, même avec des élevages plus respectueux des « droits des animaux » la finalité est la même. On les élève et on les tue dans le seul but de satisfaire nos papilles. C’est mal, trèèèèèès mal, ça fait un peu de nous des enflures. Et puis si vous vous réincarnez en cochon, vous serez bien content que personne ne vous mange.

2. Ce n’est absolument pas nécessaire à notre bonne santé. Le lait des vaches est fait uniquement pour que les veaux grandissent le plus vite possible, et la viande n’est pas nécessaire à l’être humain (sauf si vous êtes un esquimau et qu’il n’y a que cela à vous mettre sous la dent). Toutes les protéines animales peuvent être substituées par des protéines végétales. D’ailleurs, beaucoup des végétaliens avant-gardistes vivent très longtemps en bonne santé, certains sportifs de haut niveau sont passés à un régime végétalien et s’estiment plus performants. Les végans sont moins sujets aux cancers, à l’obésité et au diabète.

3. Ce n’est pas écologique. Selon un rapport très sérieux de l’ONU, l’élevage est l’industrie la plus polluante au monde, avant l’énergie fossile. Même si vous économisez l’eau, vous vous déplacez en vélo, vous recyclez, ces efforts ne sont rien en comparaison de l’impact écologique que vous avez en mangeant des produits issus des animaux. Pour produire un steak d’hamburger, 2500L d’eau. Mauvaise nouvelle, il en faut encore plus pour produire 1L de lait. Et oui car pour une vache qui mange plus de 50kg par jour, il faut en faire pousser du soja pour la nourrir ! Avec 7 milliards d’humains et toujours plus chaque jour, la Terre n’a plus assez d’espace pour dédier, comme aujourd’hui, 50% des terres cultivables à l’alimentation des élevages et aux élevages eux-mêmes. L’ONU prévoit que nous soyons 11 milliards en 2100 alors nous devrions déjà commencer à changer notre modèle d’alimentation. Tous les jours on continue la déforestation de l’Amazonie pour l’implantation de culture pour nourrir les bêtes, car il manque déjà de la place. A votre avis pourquoi même les associations écologiques n’osent pas en parler ? Les lobbies d’une super industrie les en dissuadent. Je vous épargne les émissions de dioxyde de carbone des flatulences bovines, qui représentent plus de pollution que toutes les voitures de la Terre réunies. Et il ne faut pas omettre la pollution des sous-sols par leurs excréments, 70 milliards d’animaux d’élevage sur Terre cela représente beaucoup de pipi aux antibiotiques et beaucoup de caca. Mais on parlera caca une autre fois.

4. Manger de la viande c’est sooooo XXème siècle ! Maintenant il existe de nombreux produits de substitution et la ressemblance avec la viande est saisissante. Les laits de riz, soja, amande, avoine remplacent très bien le lait de vache et petit à petit des fromages végans apparaissent sur le marché. Et puis on commence presque à ne plus regarder les végétariens ou les végans comme des hippies. De plus en plus de restaurants spécialisés ouvrent dans les grandes villes, ou le mouvement est plus fort. A Berlin une chaine de supermarchés uniquement végans a ouvert récemment. Les pays en tête du mouvement sont l’Espagne, Israël, l’Allemagne… la Suède envisage même la mise en place d’une taxe carbone sur la viande.

Alors on est bien d’accord que le saucisson c’est super bon, et le reblochon aussi. Ce n’est pas parce qu’une chose est ancrée culturellement qu’elle est bonne. Mais sans changer du tout au tout, je crois beaucoup au principe de modération cher à Pierre Rabhi. C’est déjà un premier pas de manger de la viande de manière occasionnelle, et au maximum en provenance de l’agriculture raisonné et locale. Il faut que nous reconsidérions nos habitudes de consommateurs et que nous nous sentions responsables de la surexploitation de la planète.

Si vous pensez que c’est juste le hasard si cet été il a fait très chaud, c’est chouette. Mais s’il vous semble qu’on va droit dans le mur, le changement est à portée de fourchette. Et si vous ne le faites pas pour vous faites-le pour vos enfants. Vous ne voulez pas d’enfant ? Bon faites le pour votre nièce, ou pour le bébé de votre voisine. Si je ne vous ai pas encore convaincu regardez les excellentissimes documentaires Cowspiracy et Food Choice.

« Sois le changement que tu veux voir dans ce monde. » Gandhi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ nineteen = twenty eight