Migrants : hommes et femmes en quête de paix

Les migrants on en entend parler tous les jours mais on n’en voit jamais ! On se sent impuissants et inquiets face à une crise planétaire qui nous dépasse et qui n’est pas prête de s’arrêter. Et nous qu’aurions nous fait à leurs places ? Il suffit de se poser la question pour sentir de la compassion pour ceux qui ont vécu et vivent encore l’enfer. Plutôt que de céder à la peur de l’étranger, faisons un pas dans sa direction. La peur vient de ce que l’on ne connaît pas, alors allons à leurs rencontres sans jugement ni attente.
Un élan de solidarité a jailli d’un collectif d’habitants de Chaumont, un grand bravo à eux qui soutiennent un groupe de demandeurs d’asile depuis plusieurs semaines.


« Retour sur les faits : fin septembre 2017 plus de deux cent cinquante hommes originaires d’Afrique sont arrivés à Annecy dans l’espoir d’obtenir l’asile en France. Ils étaient au début dans la rue, mais le froid est venu. Les mesures d’urgence fixées par la loi dans le cadre du plan hiver ont mis du temps à se mettre en place en raison de l’importante demande d’hébergement. C’est pourquoi un collectif de citoyens a lancé un plan d’hébergement solidaire sur l’agglomération d’Annecy.

Des habitants de Chaumont sensibles à cette situation inhumaine ont décidé avec l’accord de la mairie qui met à disposition un gîte d’étape, d’accueillir neuf jeunes gens réfugiés soudanais et érythréens âgés de dix-huit à trente ans. Depuis le 4 novembre, le collectif informel qui s’est créé spontanément organise leur vie quotidienne : repas, santé, vêtements, cours de français, transports, activités… Le collectif apporte aussi son aide dans les différentes démarches administratives, comme à la préparation des dossiers de demandes d’asile des ces jeunes hommes. Ils souhaitent rester en France après leur long et douloureux périple fait de violences, d’humiliations, de séquestration, de travail forcé, de racket et de maltraitance en tout genre.
Aujourd’hui, leur vie s’organise, ils gagnent en autonomie, cuisinent, s’occupent de leur linge et surtout apprennent le français avec détermination. A partir de mars 2018, nous ne savons pas encore ou ils pourront être logé ni ou en seront leurs dossiers administratifs. »

Avec ma cousine Elodie, nous avons souhaité rentrer en contact avec ces jeunes. Nous savions que les possibilités de communication étaient limitées à cause de la barrière de la langue. Nous avons donc pensé à la musique et avons convié des musiciens pour participer à notre soirée. Bingo! La musique a rapidement brisé la glace, puis ensuite ce fut les danses, les rires et sourires. On a appris un peu d’arabe et eux un peu plus de français. Nous sommes venues voir des migrants et on a trouvé des jeunes pleins de vie, de courage, de volonté. On a beau le lire dans les journaux, le voir à la télévision, il est dur d’imaginer ce qu’ils ont vraiment dû traverser, et ce qu’ils ont fui. Proposer des instants de légèreté, une petite attention car parfois c’est tout ce qu’on peut offrir. Faire savoir qu’on n’est pas indifférent même si on ne détient pas forcement de solution. Derrière un long parcours tortueux, ces jeunes sont comme nous, ils ont des rêves, ils veulent être libres et vivre.

Si vous souhaitez aider :
Le Secours Catholique d’Annecy et la Croix Rouge ont besoin de votre aide! De nombreux mineurs migrants arrivent encore tous les jours à Annecy et la croix rouge n’a plus assez de nourriture ni fournitures pour gérer les urgences.
Besoin de : sardines, thon, vache qui rit, pain de mie, pains au lait, fruits secs, eau, jus de fruits, lait, fruits (pommes, bananes, oranges) afin de pouvoir les nourrir à leur arrivée.
– Vêtements : anoraks, vêtements d’hiver, baskets (taille 41 a 44), chaussures d’hiver, écharpes, gants, bonnets, chaussettes, sous-vêtements.
(Rappel : vêtements pour hommes, taille S et M, bon état, propres)
– Produits d’hygiène : shampoings, savons, crème hydratante / nourrissante (problèmes de sècheresse cutanée due au froid), rasoirs, déodorants.
Si vous avez des couvertures, couettes, plaids chauds que vous souhaitez donner, n’hésitez pas à les apporter !

Vous pouvez déposer vos dons au 9, quai des Clarisses tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h. Il est mieux d’appeler avant pour connaitre l’état de stockage en temps réel. Tel : 04 50 45 85 13
Aussi si vous voulez héberger un mineur pour quelques nuits contactez la Croix Rouge

Je terminerai sur ce beau message de l’Abbé Pierre :
« Mon message ? Il n’y en a qu’un, je crois, qui est un cri :  » Partagez ! Donnez ! Tendez la main aux autres ! Gardez toujours un carreau cassé dans vos univers bien feutrés pour entendre les plaintes qui viennent de l’extérieur. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− one = 4